VICTOR-EMMANUEL II

VICTOR-EMMANUEL II
VICTOR-EMMANUEL II

VICTOR-EMMANUEL II (1820-1878) roi de Sardaigne (1849-1861) et d’Italie (1861-1878)

Dernier roi de Piémont, premier souverain de l’État unitaire, Victor-Emmanuel de Savoie a été placé par l’historiographie officielle de la monarchie au rang des «pères de la patrie». Parmi les artisans du Risorgimento, c’est sans doute celui dont la personne et l’action ont subi la révision critique la plus approfondie.

Né à Turin, fils de Charles-Albert de Savoie-Carignan, le héros tourmenté du premier Risorgimento, il présente avec son père le plus grand contraste physique et moral. Pendant son adolescence, il est tenu à l’écart des affaires de l’État et élevé dans l’ambiance cléricale et militaire de la cour. Il montre très peu d’inclination pour l’étude et, lorsque la défaite de Novare le porte sur le trône le 23 mars 1849, son inexpérience du pouvoir est totale. Dès cette époque, Victor-Emmanuel II affirme les traits de sa personnalité. Les uns sont sympathiques et lui vaudront une large popularité: une carrure robuste, avec sa face barrée d’énormes moustaches; une grande simplicité de manières; le goût des exercices violents, comme la chasse en montagne. C’est, avant tout, un soldat à la bravoure physique indéniable, conscient de son rang et de l’ancienneté de sa maison. Son esprit chevaleresque, ses bonnes fortunes amoureuses en font, aux yeux du peuple, le roi galantuomo , brusque et primesautier, comme en témoigne le style de ses lettres. Mais Victor-Emmanuel est également impulsif et paresseux, jaloux de sa prérogative royale, passablement égoïste et porté à la vantardise. Le bon sens ne tempère qu’en partie l’excessive confiance qu’il nourrit en ses capacités et son goût pour l’intrigue. La marque de sa première éducation demeura toujours. Ce mélange de timidité et d’assurance, d’initiative et de manque d’esprit de suite ne permet guère de discerner une ligne directrice au long d’un règne de plus de vingt-huit ans, rempli par les événements complexes qui aboutirent à l’accomplissement de l’unité.

Le premier acte du jeune monarque fut de négocier, avec réalisme, l’armistice avec l’Autriche et de maintenir le statut constitutionnel, sans qu’on doive pourtant lui attribuer le mérite, comme le voudra une légende tenace, d’avoir repoussé les pressions de Radetzky l’incitant à un retour à l’absolutisme. De 1849 à 1852, le roi s’initia aux affaires sous la direction de Massimo d’Azeglio, qu’il soutint dans ses premiers efforts de laïcisation de l’État. L’ère de Cavour (1852-1861) est la période centrale du Risorgimento, celle aussi où la version officielle a popularisé le cliché de la convergence de vues entre le souverain et son Premier ministre. En réalité, les relations entre les deux hommes, si différents par le format intellectuel et par le caractère, furent difficiles. Victor-Emmanuel ne se plia que par nécessité à la suprématie de Cavour, qu’il chercha à évincer du pouvoir en janvier 1855, lors de l’alliance pour la guerre de Crimée, puis lors de la «crise Calabiana», née de la loi sur les couvents (avril 1855). En revanche, après l’attentat d’Orsini (contre Napoléon III) en janvier 1858, puis au cours de la laborieuse genèse de l’alliance franco-sarde, le roi soutint Cavour. Les relations entre les deux hommes se détériorèrent irrémédiablement au début de 1859, lorsque Cavour tenta de faire épouser à Victor-Emmanuel, veuf depuis 1855 de Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine, une princesse de sang royal pour le détourner de sa liaison avec Rosina Vercellana («la belle Rosina»), future comtesse de Mirafiori, avec laquelle il se maria morganatiquement le 9 novembre 1869. Au cours de la guerre contre l’Autriche en 1859, le commandement militaire revendiqué par le roi fut entièrement négatif, mais ce dernier sut, avec bon sens, accepter l’arrêt de la lutte décidé par Napoléon III.

L’éclipse de Cavour (juill. 1859-janv. 1860) laissa libre cours à Victor-Emmanuel pour exercer son influence personnelle durant le gouvernement dominé par Rattazzi. Le souverain supporta avec impatience le retour de Cavour aux affaires et, au lendemain de sa proclamation comme roi d’Italie (28 février 1861), la mort de son Premier ministre, survenue le 6 juin, le laissa indifférent. Si Victor-Emmanuel ne fut pas le réalisateur majeur de l’unité, sans doute a-t-il eu, davantage que Cavour, l’intuition de ce qu’elle eût gagné en rapidité dans son accomplissement en utilisant mieux le patriotisme de la gauche démocratique, de Mazzini à Garibaldi. Sous le gouvernement de la droite historique (1861-1876), le roi, libéré de l’ombre de Cavour, accentua son ingérence dans le gouvernement. Si les meilleurs présidents du Conseil purent souvent lui résister, il ne se priva pas de les renvoyer à son gré, insoucieux de tout contrôle parlementaire. Dans les conditions très délicates où se trouvait le jeune État, aux prises avec la question romaine, la crise économique, la réalisation difficile de l’unité italienne autour du Piémont, le roi compliqua fortement l’action gouvernementale par ses initiatives souvent intempestives et, surtout, par la pratique d’une diplomatie parallèle au moyen d’émissaires personnels. Dans l’ensemble, le bilan fut négatif. Le double jeu, mené en accord avec Rattazzi, fit qu’on laissa Garibaldi s’engager à deux reprises contre Rome, pour être contraint par la France à le désavouer dans des conditions humiliantes (Aspromonte, 29 août 1862, et Mentana, 3 novembre 1867). Dans la campagne de 1866 contre l’Autriche, Victor-Emmanuel paralysa, par sa présence au quartier général, la conduite de la bataille par les généraux et empêcha l’armée de profiter de sa supériorité numérique, ce qui aboutit à la défaite de Custozza (24 juin). En 1868-1869, le roi nourrit le grand dessein de conclure une alliance avec la France et l’Autriche. L’autorité de Sella permit de tenir l’Italie hors du conflit franco-prussien et, malgré les scrupules du souverain, de prendre Rome le 20 septembre 1870. L’avènement de la gauche, en mars 1876, ne mit pas fin à l’intrusion de Victor-Emmanuel dans les affaires, qui se poursuivit jusqu’à sa mort deux ans plus tard.

Victor-Emmanuel II
(1820 - 1878) duc de Savoie et roi de Sardaigne (1849-1861) puis d'Italie (1861-1878). Roi après l'abdication de son père, Charles-Albert, il visa, avec son ministre Cavour, l'indépendance et l'unité italiennes. Grâce à l'appui de la France, à laquelle il céda Nice et la Savoie (1860), il réunit, de juin 1859 à nov. 1860, tous les états italiens, sauf la Vénétie (acquise en 1866) et Rome (prise en 1870). Proclamé roi d'Italie en 1861, il fixa la cap. à Florence (1865) puis à Rome (en 1870 de jure, en 1871 de facto).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Victor-Emmanuel II — de Savoie Dynastie depuis 1820 Maison de Savoie Casa di Savoia …   Wikipédia en Français

  • Victor Emmanuel — may refer to: *Victor Emmanuel I of Sardinia *Victor Emmanuel II of Italy *Victor Emmanuel III of Italy *Vittorio Emanuele, Prince of Naples *Vittorio Emanuele Orlando;See also *Víctor Manuel is a Spanish singer …   Wikipedia

  • Victor Emmanuel I. — Victor Emmanuel I., König von Sardinien, geb. 1759, regierte 1802 bis 1821, wo er zu Gunsten seines Bruders Karl Felix resignirte, st. 1824; s. Sardinien …   Herders Conversations-Lexikon

  • Victor Emmanuel II. — Victor Emmanuel II., geb. 14. März 1820, vermählt 1842 mit der (1855 gestorbenen) Erzherzogin Adelheid, einer Tochter des Erzherzogs Rainer, aus welcher Ehe 5 Kinder leben, König seit 23. März 1849; s. Sardinien …   Herders Conversations-Lexikon

  • Victor Emmanuel II — 1820 78; king of Sardinia (1849 61) & 1st king of Italy (1861 78) …   English World dictionary

  • Victor-Emmanuel — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Prénom composé des rois : Victor Emmanuel Ier, roi de Sardaigne de 1802 à 1821 ; Victor Emmanuel II, roi de Savoie de 1849 à 1861, puis d Italie …   Wikipédia en Français

  • Victor Emmanuel II — 1820 78, king of Sardinia 1849 78; first king of Italy 1861 78. * * * Italian Vittorio Emanuele born March 14, 1820, Turin, Piedmont, Kingdom of Sardinia died Jan. 9, 1878, Rome, Italy King of Sardinia (1849–61) and first king of a united Italy… …   Universalium

  • Victor Emmanuel II — Vittorio Emanuele II (1820–1878)    Born in Turin on 19 March 1820, this last king of Sardinia and first king of a united Italy grew up in Tuscany and Piedmont. He was the son of Charles Albert and Maria Teresa of Tuscany. As a young man, he… …   Historical Dictionary of modern Italy

  • Victor Emmanuel II — (1820–1878)    The King of Piedmont Sardinia (1849–1861) and Italy (1861–1878), Victor Emmanuel II of Savoy assumed the throne of Piedmont after the Austrians defeated his father Charles Albert at the Battle of Novara in March 1849 and forced him …   Encyclopedia of the Age of Imperialism, 1800–1914

  • Victor Emmanuel — Vic′tor Emman′uel [[t]ˈvɪk tər[/t]] n. 1) big Victor Emmanuel II, 1820–78, king of Sardinia 1849–78; first king of Italy 1861–78 2) big Victor Emmanuel III, 1869–1947, king of Italy 1900–46 …   From formal English to slang

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”